Inde

Rajasthan : partie 2

J’entends d’ici les puristes qui vont sauter au plafond voyant Agra et le Taj Mahal dans notre récit sur le Rajasthan. Mais dans le but de ne pas multiplier les articles, j’ai décidé de faire apparaitre notre escapade à Agra dans ce billet.

DELHI-AGRA

Quand on aime, on ne compte pas. On en redemande même. Encore 5 heures de bus. Cette fois-ci, on se met juste derrière le chauffeur, histoire de ne pas se faire secouer comme des pruniers à l’arrière (je vous rappelle que nous sortons à peine de nos 15 heures de bus depuis Manali (cf. article Ladakh)). Par chance, le klaxon hyper puissant et les freins qui crissent à en faire saigner les oreilles sont là pour nous rappeler que nous sommes bien en Inde. Nous arrivons à la nuit tombée à Agra, éreintés après nos 36 heures de voyages non-stop depuis Kaza! Nous prenons une chambre au « Kamal Hôtel » et ne nous faisons pas prier pour aller dormir.

Levés aux aurores, pas vraiment le temps de récupérer, nous partons à la conquête du joyau indien, le Taj Mahal, qui fait partie des 7 nouvelles merveilles du monde. Première surprise, ce n’est pas bondé. De loin, le bâtiment n’est pas impressionnant, d’autant plus que des bâches vertes cachent certaines parties en travaux. Mais plus on approche, plus la magie du lieu opère. Le marbre semi translucide et les pierres incrustées font leur effet. Pour la petite histoire, ce mausolée fut édifié par l’empereur Shah Jahan pour recevoir le corps de sa 3ème épouse morte en 1631 en mettant au monde leur 14ème enfant. Rien que ça!!!

Il fait bon de traîner dans le parc afin d’observer les promeneurs, les tamias (écureuils) et les perroquets verts.

Au bout de deux heures de visite, nous décidons de quitter ce lieu et c’est tant mieux car quand nous repartons, il y a une arrivée massive de familles indiennes. Certains viennent à la douzaine, et ils sont de toutes les classes sociales, pauvres comme riches, hindous et musulmans. Il faut dire que l’entrée leur coûte 20Rp contre 1000Rp pour les étrangers…

Taj Mahal

Taj Mahal : pierres semi précieurses

Taj Mahal : la mosquée

Taj Mahal : perroquet

Taj Mahal

Taj Mahal

Taj Mahal : Tamia

Taj Mahal

Nous enchainons avec la visite du Fort d’Agra. Un bel édifice moghol en gré rouge d’où on peut observer le Taj, du haut des remparts. Ils sont forts ces moghols. Par contre, attention aux singes à l’entrée.

Fort d’Agra

Fort d’Agra

Fort d’Agra

Fort d’Agra

Fort d’Agra

Troisième étape, Mehtab Bagh, joli parc sur la rive opposée de la rivière Yamuna, juste en face du Taj Mahal. La situation est idéale pour une séance photo, plus encore que depuis les jardins du Taj.

Vue du Taj Mahal depuis le Mehtab Bagh

Vue du Taj Mahal depuis le Mehtab Bagh

Nous terminons la journée à Sadar Bazar, mais manque de pot, nous sommes Mardi, jour de fermeture hebdomadaire. Nous nous enfilons donc deux « rolls » (chapatis roulé aux légumes et poulet) et une glace, pas de trop avec la chaleur qui règne et rentrons enfin faire une sieste bien méritée.

Le soir, une petite cession badminton pour Maxime (que voulez vous, il ne peux s’en empêcher 🙂 ) avant de prendre l’apéritif sur le toit terrasse de notre hôtel face au coucher de soleil sur le Taj. Nous profitons aussi du spectacle des singes qui plongent à tour de rôle dans un container d’eau. Très drôle à voir… enfin, tant qu’ils restent au loin. Les enfants sur les toits les chassent au lance-pierres.

Agra : loulou qui ne peut s’empêcher de jouer au badminton

Agra : le bain des singes

Quelques conseils : La porte Ouest ouvre ses portes à 6h du matin alors que la porte Sud n’ouvre ses portes qu’à 8h. Il faut savoir qu’à l’entrée, une fouille pire qu’à l’aéroport est obligatoire. Sont interdits les gros sacs, toute nourriture, les cigarettes, les allumettes, les briquets, les couteaux suisses ou encore les ciseaux. Vous devrez alors laisser votre sac aux consignes situées 200 mètres plus loin. Ne prenez que votre appareil photo, vous serez tranquilles. Avec le ticket d’entrée, ils vous offrent une bouteille d’eau et des couvre-chaussures pour ceux qui ne veulent pas se salir les pieds à l’intérieur du Taj.

Ne surtout pas rater le Mehtab Bagh ; c’est d’ici que le mausolée est le plus beau !

JAIPUR

Bus aux aurores comme d’habitude. Mais cette fois, c’est un bus « classe » où nous avons une place réservée et nous ne nous arrêterons pas tous les 500 mètres. En revanche, il faut savoir que le bagage en soute est payant 5Rp. Non parce que nous, on a vraiment cru que le chauffeur se payait notre tête et j’ai eu honte quand j’ai appris qu’il nous disait la vérité. A force de se faire escroquer on en devient parano ;).

L’après midi est consacrée au shopping. Max est ravi…ou pas. Mais ce n’est pas pour rien puisque je trouve pleins de trucs : des bijoux aux écharpes en passant par des chaussures. Le plus dur, est de négocier sec ! Ne pas hésiter à tout diviser par 3 et ne rien lâcher surtout !

Le midi, nous mangeons sur les remparts de la vieille ville avec vue sur les cuisines. Le tandoor traditionnel (four en terre cuite) est impressionnant à voir. En revanche tout se paye ici puisque nous prenons 100 Rp de taxe par personne.

Tandoor traditionnel

Cuisine

Parlons tout de même un peu de cette ville. Que dire ? Ça grouille de partout et c’est vraiment bruyant. La ville rose, comme Toulouse, présente quelques monuments sympathiques comme le City palace, des temples, le Palais des vents. Pour ce dernier, plusieurs indiens en haut d’un bâtiment nous disent de monter pour la vue. Connaissant un peu l’Inde, on sait déjà que ça sent l’embrouille à plein nez. La curiosité l’emporte et on va donc voir en espérant qu’il nous ne demande pas d’argent. Ce sympathique indien nous conduit dans son magasin de bijoux après nous avoir photographié devant le monument et discuté un bon moment avec nous. Rien de bien oppressant.

C’est aussi la ville où vous trouvez les meilleurs lassis d’Inde, où les dentistes opèrent les vieilles dames en pleine rue, où les vaches se frayent un chemin entre rickshaw, bus, voiture et aussi là où vous trouvez des sculptures gigantesques… C’est dingue ! La nuit commence à s’installer, nous n’aurons donc pas le temps d’aller au Fort d’Amber. Avec le recul, je pense que cet édifice aurait valu le détour. Tant pis pour nous, le timing est un peu serré.

Palais des vents

Jaipur

Jaipur : dentiste de rue

Jaipur

Jaipur :quartier des sculpteurs

BUNDI

Dès le lendemain, nous quittons Jaipur, qui malgré un certain charme, reste une grande ville étouffante. Nous avons longtemps hésité entre 2 destinations : Pushkar ou Bundi ? Notre choix s’est porté sur la seconde. Et nous n’allons pas être déçu. Aujourd’hui, c’est le festival et les bus sont saturés de monde. Pour monter c’est « pousse ou crève ». Les femmes se crêpent les chignons. En effet, le jour du festival, les bus sont gratuits pour les femmes. Encore fallait-il le savoir ? Car bien évidemment ils se sont abstenus de me le dire au guichet. Je commence le trajet debout puis, un homme charmant me laisse sa place assise. Je finis la route avec un bébé sur les genoux pour que la maman puisse s’occuper de ses 3 autres enfants.

Bundi est une bourgade rurale, dominée par son palais et son fort. Les gens y sont très sympathiques et le tourisme n’a pas encore tout déformé. Après s’être installé dans la plus jolie chambre depuis le début de notre trip (Kasera Heritage View), nous partons visiter le Ranijiki-Baori (puits de la Reine) qui atteint 46m de profondeur.  C’est sympa mais très mal entretenu, dommage. Puis nous partons à l’assaut du Taragarh, le fort. Je suis grave en panique car tout le monde nous dit qu’il y a des masses de singes dans la jungle qui y mène. Finalement armés de notre bâton de randonnée, nous passons sans encombre. La vue depuis là haut met en lumière que Bundi est une petite ville bleue. Max s’éclate à passer d’un endroit à l’autre, dans la végétation envahissante, jouant au Maharaja. Heureusement qu’il n’a pas une épée car il commence vraiment à délirer. Pour ma part, je commence à me sentir mal. Nous redescendons et Max fait un arrêt chez le barbier. Tout y passe, les cheveux, la barbe. Le barbier rechigne un peu à lui raser la moustache, qui est ici très à la mode. Cette coupe le rajeuni et plusieurs personnes dans la rue ,qui nous avaient repérés avant, lui dise.

NB : En Inde du nord, il y a beaucoup de « Sikhs« , une communauté d’indiens qui ne se coupent pas les cheveux, ni la barbe et portent le turban. En effet, les cheveux sont un cadeau de dieu et plus ils sont longs, plus on est beau. Le turban est une coiffure commode pour envelopper leur chevelure. Cette religion est marquée par sa lutte contre les discriminations raciales et sociales et ce look leur permettait de montrer leur résistance aux persécutions des musulmans et des hindous au XVIIe siècle.

Je suis de plus en plus mal, j’ai froid avec des tremblements. Je file me coucher.

Bundi

Bundi

Bundi

Bundi

Bundi

Bundi : Puits de la reine

Bundi : singe au palais

Bundi : vue du palais

Le soir, nous essayons les pizzas (typiquement indien) chez Tom et Jerry mais ça ne passe pas. C’est officiel, je suis malade. Nous avions prévu de repartir le lendemain, mais ce sera journée blanche et au lit pour que je puisse me refaire la cerise. Tantôt j’ai chaud, tantôt je grelotte alors qu’il fait 35 degrés dehors. Max va se faire un petit tour près du lac. Cette journée de repos est bénéfique mais pas complètement salutaire. Et c’est avec des maux de ventre que je prend le train le surlendemain matin direction Chittorgarh avec deux toulousaines bien marrantes. Nous avons droit aux chants et instruments dans le train. Nous optons ensuite pour le bus pour la correspondance car le train pour Udaipur n’arrive que dans deux heures, enfin s’ il est à l’heure. Ce qui est rare en Inde. Et nous avons bien fait car Emilie et Sonia, les deux toulousaines, ayant opté pour l’option train, nous rejoignent seulement deux heures deux après notre arrivée à la guesthouse Dream Heaven.

Bundi

Bundi : vue du palais

Bundi : lac

Bundi

Bundi

Bundi : musiciennes dans le train

Conseils : Les bus sont gratuits pour les femmes les jours de festival. Le reste du temps, les femmes payent moins cher le bus que les hommes dans tout le Rajasthan.

UDAIPUR

On profite du fait que j’aille un peu mieux pour visiter la ville et réserver les billets de bus pour le lendemain. Nous voyagerons de nuit pour une fois, mais en couchette (fini les conneries). J’essaie d’avaler un petit diner mais c’est pas encore ça.

Levés tôt le lendemain, nous photographions le bain d’indiens dans les ghats et profitons du calme pour nous balader au temple de Jagdish qui est un monument vishnouïste du XVIIe siècle (1624). L’édifice est sculpté de toutes parts de figures divines, de danseurs, de frises variées et de quelques poses du Kama Sutra. Très chouette mais le gardien essai de nous soutirer de l’argent pour avoir « gardé nos chaussures » à l’entrée du temple. Ha ha qu’est ce qu’ils sont drôles ces indiens. Udaipur est une cité très charmante construite autour du lac Pichola, dans lequel se reflètent jour et nuit les palais qui l’entourent. Son centre ville historique est un labyrinthe de petites rues sinueuses, qui montent et qui descendent.

Nous enchaînons avec la visite du Palais en compagnie de nos nouvelles amies toulousaines. Ce complexe compte 11 bâtiments différents, d’architecture mélangée (moghole, rajasthanie et européenne). Superbe mais beaucoup de monde.

Le temps pluvieux nous dirige vers l’intérieur des boutiques plutôt que sur le lac. Encore du shopping avec une négociation d’1h30 pour finalement repartir les mains vides. Pourtant je me les rêvais ces bracelets.

Udaipur

Udaipur : Temple de Jadgdish

Udaipur

Udaipur

Udaipur : vue du palais et des baigneurs du matin

Udaipur

Udaipur : vue depuis notre guesthouse

Le soir, nous assistons à un excellent spectacle de danse traditionnelle et de marionnettes.

Spectacle de danse traditionnelle et de marionnettes

Spectacle de danse traditionnelle et de marionnettes

Spectacle de danse traditionnelle et de marionnettes

Spectacle de danse traditionnelle et de marionnettes

Spectacle de danse traditionnelle et de marionnettes

Spectacle de danse traditionnelle et de marionnettes

Conseil : Spectacle de marionnette tous les soirs à 19h, très chouette à voir.

Il est l’heure de filer à la gare routière pour un départ à 22h, direction Jodhpur. Le bus de nuit offre l’avantage de voyager « de nuit » (forcément) et donc d’économiser une guesthouse et de gagner du temps. Mais il offre également l’inconvénient de ne pas posséder de toilettes. Max l’apprend à ses dépends et n’est pas prêt de remanger épicé avant un départ comme celui ci (enfin c’est ce qu’il dit mais il aura oublié la leçon d’ici là). Il est obligé de faire stopper le bus, il disparaît alors en courant dans la nuit, ce qui fait bien rire le chauffeur et ses acolytes.

JODHPUR

Arrivés aux aurores, nous nous rendons à la guesthouse située juste sous les remparts du Fort de Jodhpur « le Hill View« . Nous patientons un peu car la gentille hôte n’est pas encore réveillée. Une fois installés, nous partons à l’assaut du Mehrangarh, le Fort. Et encore une fois, ils ont eu la bonne idée de le construire au sommet d’une butte en gré rouge. La vue sur la ville est exceptionnelle. Ce fort est gigantesque et renferme une histoire et des légendes incroyables. Par contre, je me fais dévisager, reluquer, épier. C’est oppressant. Je n’avais encore jamais ressenti ça en Inde. Je m’arrête, ils s’arrêtent, j’accélère, ils me suivent. Même avec Max à côté. Ça m’énerve et je pèse mes mots, surtout lorsqu’ils veulent faire des photos avec nous. Je déteste déjà la vie de star sollicitée en permanence.

Jodhpur : Le Fort

Jodhpur : Le Fort

Jodhpur : Le Fort

Jodhpur : Le Fort

Jodhpur : Le Fort

Jodhpur : Le Fort

Nous retrouvons le calme de notre chambre quelques instants, avant de repartir arpenter les ruelles de la ville bleue (qui n’est pas si bleue que ça d’ailleurs, Bundi l’est davantage). Jodhpur est sale et poussiéreuse, les klaxons résonnent dans tous les sens et l’activité bat son plein dans l’après midi. Autant dire que la ballade n’est pas des plus reposantes. En revanche, il est bon de se perdre à l’écart de l’agitation touristique dans les petites rues de la vieille ville.

Jodhpur : Clock Tower

Jodhpur : marché

Jodhpur

Jodhpur

Jodhpur

Jodhpur : vieille ville

Nous décidons de réserver nos tickets de train pour la prochaine étape donc nous nous dirigeons vers la gare en rickshaw. Arrivés là bas, nous faisons la queue pour obtenir d’abord un formulaire. Zut, il est écrit en Hindi. Une petite fille essaie de nous aider à le compléter mais finalement, on en demande un autre en Anglais. On le remplit assez vite puis on fait la queue une deuxième fois. Et là, 3 indiens nous passent devant sans s’excuser… On a beau être détendu (complètement détendu…), à force c’est un peu exaspérant ce comportement ! Nous prenons notre mal en patience, jouons un peu des coudes et finissons par avoir deux belles places.

Le jour suivant, nous louons une moto (pas évident de trouver un loueur) et roulons en direction du Sud Est et des villages Bishnois. S’il n’est pas facile de les trouver, nous avons quand même kiffé la campagne environnante. Les Bishnoïs sont principalement des agriculteurs Hindous qui pratiquent le culte de Vishnou. C’est une secte religieuse (et non une caste) fondée par le gourou Jambeshwar Bhagavan qui suivent vingt-neuf principes. Ils se caractérisent par leur végétarisme, leur respect strict de toute forme de vie (non-violence), leur protection des animaux et des arbres, leur tenue vestimentaire particulière. Nous croisons villageois très accueillants, oiseaux, vaches, paons et…antilopes. On se régale jusqu’au retour et le moment où on se retrouve à tourner en rond dans les ruelles de la vieille ville sans réussir à en sortir. Autant vous dire que Max, même s’il maîtrise bien la moto, en a ras la casquette. Finalement, nous en sortons à temps pour voir le Jaswant Thada, un mémorial de marbre blanc surplombant un petit lac.

Bishnoïs

Campagne Jodhpur

Campagne Jodhpur : antilope

Campagne Jodhpur

Campagne Jodhpur : Bishnoïs

Campagne Jodhpur : Bishnoïs

Campagne Jodhpur

Jaswant Thada

Nous prenons notre premier train de nuit et la classe 3AC, c’est pas mal la classe. Ça vaut mieux que le « sleeper » pour un trajet de 6h. On dormira comme des loirs. 🙂

Conseil : Vous pouvez louer une moto dans la rue où se trouve la gare ferroviaire. Le magasin qui se trouve de l’autre côté de la gare est plus sérieux.

JAISALMER

A chaque arrivée dans une nouvelle ville, une foule de rickshaw se pressent vers nous pour nous emmener vers «leur» guesthouse. Nous ne nous laissons pas faire et c’est chez Aladin que nous nous rendons à la « Nomads Guesthouse » qui nous a été recommandé et c’est vrai qu’il est sympa. Les chambres sont basiques mais vraiment pas chères (250 Rp). Nous louons une moto dans la foulée pour aller jusqu’aux Dunes de Sam. Elles sont sympas mais on est attendus. Dès qu’on s’arrête pour finir un cliché, un mec arrive en courant et nous propose un tour à dos de dromadaire. Mais ce sera non puisque nous partons le lendemain pour une méharée de 2 jours dans le désert du Thar. La location de la moto est fournie avec un plan des alentours. Nous en profitons pour nous arrêter dans quelques endroits conseillés comme le village fantôme (oui comme son nom l’indique pas grand chose à voir), quelques forts, d’autres petits villages mais la mendicité est très présente et oppressante. Nous finissons par nous poser un moment au « Godsisar Lake » avant de se restaurer au « Chandan Shree Restaurant« . Enfin un vrai thali délicieux, non touristique et à volonté pour une somme modique. Je vous le conseille vivement.

Sépulture

Villageoise

Villageois au village Fantome

Village Fantome

Troupeau de chèvres

Oiseau vert

Dunes de Sam

Dunes de Sam

Godsisar Lake

Délicieux Thali

De retour à Jaisalmer, nous profitons de la moto pour faire un tour dans le Fort. Mais le ciel devient de plus en plus menaçant et nous rentrons à temps avant la pluie. Le tonnerre se fait entendre et les éclairs illuminent le Fort. C’est magique mais inquiétant pour notre nuit à la belle étoile de demain soir. Il pleut toute la nuit, ce qui ravie les gens du coin puisqu’il n’avait presque pas plu depuis deux ans paraît-il. Au petit matin, les routes sont inondées mais le soleil est de sortie.

Vue sur la ville du Fort de Jaisalmer

Le Fort de Jaisalmer vue de la guesthouse

Habitant de Jaisalmer

Nous nous rendons ensuite à la gare ferroviaire pour réserver le train de retour à Delhi pour dans 4 jours. Sûr de notre fait, nous tombons de haut, après avoir fait deux fois la queue, quand la guichetière nous annonce qu’il est plein. En effet, on est 20ème sur la liste d’attente. Et oui, en Inde, il y a tellement de voyageurs qu’ils ont un système de «waiting list» qui permet de réserver un ticket en sachant qu’on ne pourra le prendre que si les personnes se désistent. Et en plus, il faut payer pour être sur cette liste. Déçus, le retour se fera en bus et sera du coup moins confortable. Tant pis pour nous.

Petit conseil : si vous êtes sûr de voyager à une date précise, mieux vaut réserver votre billet le plus tôt possible et vous pouvez le faire depuis n’importe quelle gare.

Le lendemain, nous partons en compagnie de Sara et Inga, deux jeunes allemandes, qui nous accompagneront lors de cette excursion de 2 jours dans le désert du Thar. Nous enfourchons chacun un dromadaire et avons tôt fait de remarquer que ce n’est pas ultra confortable. C’est le moins que l’on puisse dire. La journée s’annonce longue. Heureusement que les pauses sont fréquentes. Nous traversons quelques villages mais il n’y a pas grand monde. En effet, les hommes s’occupent des troupeaux de moutons ou de vaches, les femmes sont dans leurs maisons. Ce soir, le bivouac se fait dans les dunes de sable fin. Nous couchons à la belle étoile et profitons d’un ciel parfaitement dégagé pour admirer les étoiles. Quelle chance ! Le lendemain rebelote. Et ça devient un peu monotone. Heureusement que nous n’avons pas choisi l’option 3 jours 2 nuits car j’ai déjà les fesses en sang ! De retour à Jaisalmer, la douche est salvatrice et le diner en tête à tête bienvenu.

Départ dans le désert du Thar

Désert du Thar

Désert du Thar

Désert du Thar

b-samsung-mobile

Où est Charlie?

Désert du Thar

Désert du Thar : vache sacrée

Désert du Thar

Désert du Thar : nomade des sables

Désert du Thar : lézard

Désert du Thar

Désert du Thar : dromadaire

Désert du Thar : dromadaire qui fait pipi

Désert du Thar : femelle dromadaire

Désert du Thar : paon

Nous profitons encore d’une journée à Jaisalmer pour se perdre dans les ruelles du Fort. Il fait chaud très chaud et Aladin nous propose de prendre une douche avant de récupérer notre bus à 16h. Encore une fois c’est Aladin qui s’est chargé de le réserver pour nous et sans commission. Il est vraiment un hôte généreux et intéressant. Cela fait plaisir de rencontrer des gens comme lui.

Jaisalmer : le Fort

Jaisalmer

Jaisalmer :temple

Jaisalmer

Jaisalmer

Jaisalmer : Haveli

Jaisalmer : Sikh

Jaisalmer : sculpture du palais

Jaisalmer : Jeune fille se lave dans la rue

Jaisalmer  :chèvre

DELHI

Le voyage est long, très long, et le bus ne s’arrête qu’une seule fois lors de ces 20h de trajet pour arriver à Delhi. Ça grouille de partout, klaxonne en permanence, on vous accoste tous les 100 mètres. Nous rejoignons finalement notre guesthouse avec un Rickshaw. Et comme à notre habitude, nous nous faisons plaisir pour les dernières nuits. Ce sera au Wood Castle cette fois, établissement tenu par un hôte charmant, Khushal. Les chambres sont impeccables, spacieuses, avec de l’eau chaude. Oui pour certains, cela peut paraitre étrange mais nous n’avons pas l’habitude de voyager dans ces conditions.

Nous profitons d’un beau soleil pour aller visiter le fort rouge. Quelle déception par rapport à celui d’Agra! Puis nous nous baladons dans les rues d’Old Delhi, au milieu de la foule. Beaucoup de boutiques sont fermées puisque c’est dimanche. Mais Maxime se sent de plus en plus mal, nous rentrons donc à l’hôtel.

Fort rouge

Fort rouge

Fort rouge

Fort rouge

Fort rouge

Le lendemain, Maxime est malade. Nous profitons de garder la chambre jusque midi avant de la rendre. Pendant ce temps, je discute de tout et de rien avec Khushal dans un anglais « presque parfait » 🙂 je plaisante bien sûr! Vu mon niveau de langue, c’est difficile mais très chouette. Nous passons un super moment. A midi, nous partons vers Connaught Place, et d’un coup éclate un violent orage avec des trombes d’eau. Nous essayons de nous abriter tant bien que mal sous un arbre ! Quelle bonne idée me diriez vous. Voyant que ça ne se calme pas, nous accélérons le pas pour aller s’abriter sous les toits sur la place. C’est la deuxième douche que nous prenons depuis notre réveil et bien évidemment Maxime a froid. Une éclaircie apparaît au bout d’une heure et demi et nous en profitons pour nous balader. Mais le fait de se faire accoster en permanence est pénible. L’orage revient deux heures plus tard et cette fois ne s’arrête pas. Nous décidons donc de rentrer à l’hôtel pour attendre notre vol. Les rues sont inondées. Les scooters et voitures sont sous l’eau et les gens en ont parfois jusqu’à la poitrine. C’est impressionnant!

Khusal est adorable. Il nous prête une chambre afin que nous puissions prendre une douche et nous reposer en attendant de rejoindre l’aéroport pour 23 heures. Un grand merci à toi!

123-delhi

Inondations sur Delhi

Sur le départ

RUBRIQUE POUR LES VOYAGEURS

1 euro équivaut à 73 roupies

Coût vie :

Bus Delhi-Agra : 200 Rp/personne

Rickshaw Agra-hôtel : 150 Rp

Hotel Kamal à Agra : 700 Rp/ nuit

Taj Mahal : 1000 Rp/personne +20 Rp pour le sac en consigne

Fort d’Agra : 500 Rp/personne

Rickshaw jusqu’au parc Mehtab Bagh avec retour au sadar basar : 150 Rp

Entrée au parc Mehtab Bagh : 200 Rp/personne

Rickshaw jusque hôtel ou pour une course dans Agra : 50 Rp

Bus Agra-Jaipur : 700 Rp/ 2personnes

Nuit Jaipur au Ratan Niwas : 700 Rp/nuit

Bus Jaipur-Bundi : 480 Rp/2 personnes

Nuit Bundi au Kasera Heritage View +++ : 800 Rp/nuit

Train Bundi-Udaipur : 180 Rp/2 personnes (mais moins cher jusque Chittorgarh)

Bus Chittorgarh-Udaipur : 86 Rp/personne

Guesthouse Udaipur au Dream Heaven : 700 Rp/nuit

City Palace Udaipur : 250 Rp/personne

Bus de nuit jusque Jodhpur : 810 Rp/2 personnes

Rickshaw jusque gare : 80 Rp

Rickshaw vieille ville : 100Rp

Nuit Jodhpur au Hill View Guesthouse +++ : 500 Rp/nuit

Location scooter : 400 Rp/journée + 500 Rp d’essence

Fort Mehrangarh : 900 Rp/personne (je crois)

Train Jodhpur-Jaisalmer : 1100 Rp/2 personnes en classe 3AC

Guesthouse Jaisalmer au Nomads : 250 Rp /nuit

Safari camels : 2400 Rp/personne pour 2 jours (soit 4800 Rp pour 2 pour deux jours une nuit)

Location scoot : 500 Rp/journée + 400Rp d’essence

Patwa-ki-haveli : 100 Rp/personne

Bus Jaisalmer-Delhi : 1000 Rp/personne

Hotel Delhi Wood Castle +++ : 28 euros la nuit en chambre super deluxe

Fort rouge Delhi : 500 Rp/personne

Budget moyen d’un repas : entre 200 et 500 Rp/2personnes

Le métro à Delhi est facile d’utilisation et ne coûte rien

Les plus :

De beaux palais

La diversité des lieux

De belles rencontres dans les campagnes environnantes des grandes villes

Les moins :

Trop de sollicitations de la part des habitants

Des trajets très longs entre les villes

Trop de bruits en permanence (bienvenu en Inde 🙂 )

Les prix aux palais beaucoup plus chers que pour les Indiens (parfois 50 fois plus cher!!!)

Categories: Inde

2 thoughts on “Rajasthan : partie 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>