Julie s’étant occupée de trier et de les sélectionner, les photos, je me suis vu confier la lourde charge de rédiger nos aventures en Malaisie. Alors je prends ma plus belle plume et vais tenter de ne pas trop vous saouler.

Il s’agit de notre premier voyage hors d’Europe et il n’est pas aisé de se rappeler les détails d’un trip réalisé il y a près de 10 ans. M’enfin, vais quand même essayer.

KUALA LUMPUR

Bien entendu, nous rentrons dans le pays par sa capitale, j’ai nommé la bouillonnante Kuala Lumpur. Mais afin de ne pas se dégoûter du pays en 24h, nous ne nous attardons pas dans cette « fourmilière » et traçons notre route plein sud, jusqu’à Malacca.

MALACCA

Destination phare et trésor historique du pays, Malacca a conservé un caractère plus multiracial que les autres villes. Au cours du XVème siècle, Malacca est le port le plus important de la région, attirant ainsi des bateaux du monde entier, carrefour des routes maritimes reliant l’océan indien à la mer de Chine, venus commercer pour les parfums, les tapis de Perse, porcelaines et soies de Chine, broderies d’Inde et épices des Moluques.

Une des villes les plus agréables qu’il m’ait été de visiter. Les gens vivent tranquillement sans se presser, l’architecture est variée et les trishaws pullulent. C’est d’ailleurs fort agréable de se faire tirer par un vélo, même si le pauvre gars devant nous en chie.

Eglise de Malacca

Malacca

Temple chinois

Tricycle

PULAU TIOMAN

Après être passé de la côte Ouest à la côte Est, nous traversons les quelques kilomètres (56 pour être exact) qui nous sépare de l’île de Tioman en ferry. Une des plus belles iles du monde soit disant, en forme de tortue, entourée de la mer de chine méridoniale. Au débarcadère, nous avons la géniale idée de prendre un bateau taxi (qui prend son temps pour arriver et qui nous coûtera un bras) pour s’isoler sur une des plages plus au sud : Kampong Nipah.

Et là, coup de coeur. On découvre une plage déserte. Seuls quelques bungalows sommaires ressortent. Nous sommes seuls au monde pendant 4 jours, si on excepte les 4 locaux qui vivent ici et qui se chargent de nous faire à manger à n’importe quelle heure du jour et de la nuit. Il y a bien un couple d’italiens qui a eu la même idée que nous 3 jours plus tard mais pas de quoi perturber la sérénité du lieu. Je viens de vous livrer un de nos petits secrets. Alors c’était il y a 10 ans, donc peut être que cela a changé depuis, mais si vous vous y rendez et que vous avez la chance d’y vivre un véritable moment de détente, pensez à nous.

Notre plage

Bungalow des voisins

mangrove

notre plage

notre plage

coucher de soleil face a notre bungalow

TAMAN NEGARA

Nous sommes de retour sur le continent et nous changeons complètement de décor. Nous voilà entourés par l’une des plus vielles jungles au monde (plus vieille que l’Amazonie).

Le village d’entrée au parc national s’appelle Kuala Tahan et aucune pension n’a de place. La faute au tournage d’une émission du type Fear Factor local. Finalement nous trouvons à la sortie du village une guesthouse sympa et bien tenu : Durian Chalet. Isolés dans un coin de forêt, nous rencontrons bien sûr quelques serpents sur la route et vérifierons demain matin si aucun scorpion ne s’est faufilé dans nos chaussures.

Une bonne chose de faite. Nous devons maintenant trouver un guide qui accepte de nous emmener dans le cœur de la jungle pendant 2 jours. C’est chose faite quand nous rencontrons B.E. dans un bar.

Le soir même, nous optons pour une ballade guidée de 2h de nuit à l’orée de la jungle. Déjà impressionnant en soi, le guide l’est aussi ; il arrive à voir des trucs que l’on ne verrait même pas en plein jour (tapir, araignées, milles pattes, phasmes…)

gheko

fleur

Riviere

Mille pattes

Je veux pas savoir

Araignée

Ou est charlie?

Les lianes de tarzan

Nous entamons notre aventure par quelques heures de pirogue. En débarquant, B.E. achète un fruit qui dégage une odeur particulièrement forte. Comme nous ne voulons pas mourir idiots, nous y goutons. Bien mal nous en a pris : il s’agit du durian, le fruit roi en Malaisie, tout le monde en consomme ici. Mais nos papilles européennes n’y sont pas habituées. Pourtant je ne suis pas difficile, vous le savez, mais là ça dépasse tout ce que j’ai pu imaginer jusque là. Il m’est impossible de vous décrire le goût de ce fruit, mais une chose est sûre il m’a fallu toute la journée pour digérer un bout grand comme un pruneau d’Agen. Par contre, vous ne pouvez quitter ce pays sans y avoir goûter au moins une fois. Certains y reviennent, pas moi…

Après une bonne journée de marche, nous découvrons l’ampleur des dégâts. En effet, les sangsues vivent en nombres dans ce milieu et ne se privent pas pour nous attaquer. Résultat, nous saignons des pieds jusqu’aux genoux. Si c’est plutôt ragoutant, cela ne comporte aucun risque. Pour les enlever, il suffit de rapprocher une cigarette et elles vous lâchent toutes seules. Celles qui sont au travail depuis des heures sont énormes et nous garderons des cicatrices plusieurs jours.

Nous terminons dans une grotte qui nous servira de refuge pour passer la nuit. Nous découvrons alors les talents culinaires de B.E. et apprenons l’origine de son surnom. B.E. est l’abréviation de Baby Elephant. En effet, quand il était jeune un bébé éléphant lui a marché dessus et depuis l’une de ses jambes est atrophiée. Cela ne l’empêche pas d’avancer plus vite que nous lors du trek.

Miam!!!

Le confort est sommaire et nous ne passons pas notre meilleure nuit du séjour. Surtout que le lendemain B.E. nous indique qu’il a chassé un serpent assez dangereux alors qu’il se contorsionnait près de nos couchages.

Notre lit 4 etoiles 🙂

Copain dans notre grotte

Mais ou est il?

Dans la jungle, terrible jungle…

Libellule, vole

Il fait pas chaud du tout!

Orchidée

Je me fais piquer par une guêpe durant le second jour de marche et le dard est resté dans ma peau. Méthode malaisienne pour soigner : une machette en guise de pince à épiler et de la terre pour faire office de désinfectant. Surprenant mais carrément efficace!

Perso, je serai partie en courant

Les 2 jours de trek se terminent et franchement ce n’était pas de tout repos. En plus du climat archi humide qui règne, il n’est pas évident de se frayer un chemin dans ce milieu dense et hostile.

CAMERON HIGHLANDS

Nous changeons une nouvelle fois de paysage en arrivant dans la plus haute partie de Malaisie, les Cameron Highlands.

Les deux dernières heures du trajet entre KL et Tanah Rata sont quelques peu éprouvantes. Il s’agit d’une route de montagne très tortueuse. Mais déjà le paysage est magnifique: jungle, montagne, cascades, plantations de thé  et on peut apercevoir quelques villages aborigènes Orang Asli.

Il y fait frais (tout est relatif) et le climat est favorable à la culture du thé. Une fois installés, nos ventres crient famines et nous mangeons dans un ptit resto indien excellent. Sauf que nos yeux sont plus gros que nos ventres et nous commandons beaucoup trop de nourritures!!!

Le lendemain, nous en profitons pour visiter les plantations de thé, le butterfly farm puis avons la chance d’observer la plus grande fleur du monde, la rafflésia.

Heureusement qu’ils ne m’ont pas attendu pour la chasse!

Raflesia

Cameron Highlands

Cameron Highlands

Scarabée

Serpent venimeux

Orchidée

Orchidée

Orchidée

Papillon

PENANG

Petite escale à Georgetown, une ville à majorité chinoise,, avant de rejoindre une nouvelle fois la côte Est pour cette fois-ci une escapade sur les îles Perenthians. On visite la ville en trishaw et visitons les temples qui se succèdent : tantôt bouddhistes, tantôt hindouistes tous avec beaucoup de charmes. Puis nous irons observer les singes dans le coin de verdure de la ville. Amusants mais pas commodes.

Temple chinois

Encens

Porte

Hindou

Boudhiste

sculpture

Heu t’as de la marge

sculpture

Boudha

fleur

fleur

Varan

Lezard

T’as des poux Bernard

J’ai faim!

Un petit massage Simone?

Mieux vaut rester à l’écart

PULAU PERHENTHIAN

Alors là, voilà une autre pépite du pays. Certes les îles Perenthians sont très touristiques mais on comprend vite pourquoi. Des plages magnifiques, une eau turquoise mais surtout une faune marine à se taper le cul dans l’eau. Les photos se passent de commentaires…

Perhentians

Quel drole de Cocotier

Il va pleuvoir!

Perhentians

Bateau de peche

Coucher de soleil

Coucher de Soleil

Coucher de soleil

Aller Rame!

Gheko

Tortue de mer

Requin pointe noire

Raie à point bleu

Nemo

KUALA LUMPUR

Nous profitons de nos deux derniers jours pour visiter la capitale, puisque c’est ici que nous reprenons notre vol pour Paris. Juste le temps pour voir les tours Petronas, se promener dans le quartier Jalan Alor, le parc aux oiseaux, chinatown et Kampung Baru (le quartier indien). Et bien sûr, manger un dernier plat malaisien car je pense que le riz va nous manquer en rentrant. Ce qui est sûr, c’est que nous ferons des jaloux avec notre couleur de peau. 🙂

Kuala Lumpur by night

Mosquée Kuala Lumpur

Nénufar

Libellule Rose

Cigogne?

Cigogne rouge?

Fait dodo Colas mon ptit frere…

The end!

 

Categories: Asie du Sud-Est

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>