Asie du Sud-Est

Virée en Indochine 1 : le Laos

 

PARIS-HUAY XAI

Nous repartons en Asie cette année, mais cette fois-ci à la découverte de 2 nouveaux pays : le Laos et le Cambodge.

Décollage à l’heure de Charles de Gaulle et escale à Kuwait City. Les vacances commencent bien puisque nous restons bloqués presque 24h dans cet aéroport qui, disons le franchement, n’est pas à la hauteur de ceux des pays voisins du golfe. Du coup, on manque notre correspondance à Bangkok pour Chiang Rai. Pas grave, on ne va pas se laisser abattre tout de suite, nous rachetons des billets. Merci à Air Asia et à ses tarifs défiants toute concurrence (au détriment de l’entretien de ses appareils peut être?).

Nous finissons tant bien que mal par traverser la frontière à Chiang Kong, côté Thaïlande, pour poser bagages à Huay Xai, côté Laos.

DESCENTE DE LA NAM THA

C’est parti pour 2 jours de bateau. On en prend plein les yeux d’entrée de jeu. Les paysages forestiers de part et d’autre sont d’un vert hallucinant.

Descente de la Nam Tham

Normal, me direz-vous, quand on constate la météo. En ce début juillet, la mousson fait des siennes et nous alternons entre un grand soleil et de courtes averses à effrayer les grenouilles.

Descente de la Nam Tham

Nous passons la nuit dans le village d’où est originaire notre capitaine. L’atmosphère y régnant est très paisible. Certains hommes travaillent sur des bateaux pendant que d’autres jouent au sepak takraw et que les femmes tissent. Nous avons également les papilles en émoi car la nourriture est exquise.

Descente de la Nam Tham

Descente de la Nam Tham

La fin du trajet se fera en bus jusqu’à Luang Namtha. De là, nous rejoignons Oudom Xai où nous passerons la nuit.

PHONGSALI

8h de bus pour rejoindre Phongsali, point de départ d’un trek de 2 jours dans la jungle laotienne, tout près des frontières chinoises et vietnamiennes. Les paysages sont de plus en plus beaux.

Phongsali

Nous partons pour 2 jours à la découverte des peuples akhas. Si les paysages s’offrant à nous sont inoubliables, nous retiendrons forcément la nuit passée dans un des villages. Il est absolument nécessaire de demander l’autorisation au chef du village avant de dormir quelque part. La sympathie de ces habitants fait chaud au cœur, mais les conditions de vie sont spartiates. Nous dormons juste à côté des cochons, seulement séparés par une tôle ondulée. Les sanitaires n’existent pas, il faut faire ses besoins en plein milieu de la place du village. Tout le monde cohabite, chiens, vaches, cochons, poules, hommes…

Phongsali

Phongsali

Phongsali

Phongsali

Phongsali

Grand moment lorsque vient l’heure de se coucher. Deux grand-mères restent plantées devant Maxime, qui voudrait bien ôter son t-shirt et se laver un peu avec une lingette. Finalement, il fait sa toilette devant un public comblé.

Nous n’avons pas du tout envie de les quitter. La pluie tombe toujours et notre hôte nous tombe dans les bras en pleurant. Elle est touchée que nous soyons venus chez elle et nous le sommes encore plus de sa générosité.

Nous reprenons finalement la route, toujours en compagnie de notre guide et de Jorge, un touriste espagnol. Le terrain est difficile et Jorge a de plus en plus de mal à progresser. Le guide lui fabrique un bâton pour l’aider, mais cela s’avèrera être l’arme qui va lui ouvrir l’arcade sur une énième glissade. Les aventures de « Jorge de la jungle »! A mourir de rire. D’un coup, le guide hurle, me pousse en arrière et part en courant sur quelques mètres. Un « king cobra »  déplie son corps entre nous. Je suis fascinée de voir ce spécimen, le guide, lui, a vraiment l’air flippé et pour cause c’est la première fois qu’il en voit un. Malheureusement Maxime n’aura pas l’occasion de l’apercevoir.

Nous terminons en pirogue et en bus jusqu’à Hat Sa.

Hat Sa

MUANG KHUA

Du bateau, encore du bateau (5h) pour rejoindre la paisible ville de Muang Khua. Nous y passerons une nuit.

Muang Khua

Muang Khua

MUANG NGOI

On change pas un moyen de transport qui avance. Le lendemain, le bateau nous dépose à Muang Ngoi après 5h de navigation. Le coin est extraordinaire et isolé (un peu moins tout de même que vers Phongsali). Les paysages sont de plus en plus karstiques.

Muang Ngoi

Muang Ngoi

La rando à travers les rizières nous offre des panoramas à couper le souffle. Nous irons jusqu’à Huay Bo en passant par Ban Na. Nous jouons avec les enfants puis faisons demi-tour avant que la nuit ne tombe.

Ban Na

Huay Bo

Huay Bo

Le bateau (encore une fois) et le bus nous permettront de rejoindre Luang Prabang le lendemain.

LUANG PRABANG

Et là Boum! Cette ville est magnifique et fort agréable. Nous la découvrons à pied le 1° jour. Le palais royal est à voir, tout comme le panorama depuis la colline Phu Si qui surplombe la ville. L’atmosphère paisible invite à la relaxation. Du coup , on se paye un petit massage laotien et on fait le plein de vitamines avec des fruits plus colorés les uns que les autres.

Luang Prabang

Luang Prabang

Luang Prabang

Le lendemain, réveil aux aurores afin d’observer le Tak Bat, procession des moines dans les rues de la ville afin de collecter des aumônes. Étrange et très spirituel. Nous louons des vélos afin d’approfondir notre connaissance des environs. Nous passons par le marché et le musée ethnologique.

Luang Prabang

Luang Prabang

LAO ELEPHANT CAMP

Ce jour-là nous jouons les apprentis cornacs. En effet, nous allons apprendre à nourrir et diriger des pachydermes. J’ai failli me retrouver par terre car mon éléphant est une tête de mule et n’écoute rien de mes commandements (il est jeune et c’est le seul mâle).  Celui de Max est plus sage. Le clou du spectacle reste la toilette dans la rivière. Si vous souhaitez une douche au Karchër, il vous suffit de dire « boun boun » et la trompe vous asperge des pieds à la tête. Un moment qui restera longtemps gravé dans nos têtes.

Elephant Camp

Elephant Camp

Elephant Camp

Elephant Camp

Elephant Camp

Nous clôturons cette merveilleuse journée par une bonne fondue laotienne, original et appétissant.

Fondue laotienne

VANG VIENG

En route, les paysages montagneux ont l’air splendides, malheureusement il pleut et les nuages sont bas. Nous aurions pu faire le trajet de nuit que cela n’aurait rien changé.

Cette ville n’est pas très attirante en soi. Il s’agit d’un repaire de touristes qui, généralement, viennent en groupe et ont pour objectif de se défoncer et de se planter devant les écrans géants des bars pour mater des épisodes des Simpsons ou de Friends!

Aussi le lendemain, nous changeons nos plans. Initialement nous avions prévu de faire la descente de la rivière en tubing (chambre à air de camion). Mais notre hôte nous le déconseille fortement, puisque ce n’est pas très sportif et que le seul intérêt de cette pratique est de s’arrêter picoler dans les bars qui jalonnent le parcours. J’avoue qu’à 9h du matin, je préfère le petit café à l’alcool de riz. Nous louons donc un scooter en début d’après midi pour faire une boucle à l’ouest de la ville. Les rizières sont magnifiques mais les falaises se cachent derrière la brume et les gouttes. Dommage! Nous décidons ensuite d’aller aux « waterfalls » par une piste boueuse très glissante. Maxime pilote bien mais ne peut empêcher le scoot de basculer à l’arrêt dans une montée et je finis le cul par terre couverte de boue. Il doit également jouer les mécaniciens lorsque la chaîne du scoot déraille.

Vang Vieng

Vang Vieng

Vang Vieng

Vang Vieng

Vang Vieng

VIENTIANE

Nous quittons Vang Vieng le jour suivant et évidemment il ne pleut plus.

La capitale ressemble à une petite ville de province. C’est calme, pas trop de circulation, et bien ordonnée. Rien de comparable avec les autres capitales asiatiques. Nous louons des vélos pour l’après midi et partons explorer la ville et ses marchés.

Ventiane

Ventiane

KONG LOR

Après un petit déjeuner « à la française » au Banneton (oui, on se fait toujours un petit plaisir dans les capitales), nous partons en bus pour Kong Lor. Les 7 h de trajet valent franchement le coup puisque nous arrivons sur un site magnifique, verdoyant, entouré de formations karstiques et en prime le soleil est là! Il y a très peu de touristes comparé à Vang Vieng. Nous partons à la rencontre des villageois et croisons en chemin buffles et serpents.

Kong Lor

Kong Lor

Kong Lor

Kong Lor

Kong Lor

Le lendemain, nous allons visiter les caves en barque. Une grotte de 7,5 km de long, splendide et très authentique.

Kong Lor

Kong Lor

Kong Lor

Nous resterions bien ici pour plusieurs jours mais un tuk tuk nous propose de nous ramener sur le chemin de Taketh. Nous saisissons l’occasion de faire le chemin avec Raph, un belge, car le prochain départ est prévu pour le lendemain seulement. Arrivés à Taketh, Maxime part jouer à la pétanque pendant que Raph et moi profitons du coucher de soleil en sirotant un jus de fruit frais au bord du Mékong.

Taketh

Il est temps de prendre le bus de nuit pour Paksé et évidemment, Maxime n’a pas que joué à la pétanque. Les parties étaient bien arrosées à la bière et mon cher et tendre a envie d’uriner toutes les 5 mn. Le trajet va lui paraitre long.

PAKSE

Nous arrivons vers 4 h du matin mais ils nous laissent dormir dans le bus jusqu’à 6h, sympa!!! Nous louons une moto pour deux jours et partons faire le petit tour du plateau des Bolovens. Le premier jour, nous dormons à Tat Lo après avoir visité les chutes aux alentours (Tat Hang, Tat Lo, Tat Soung) et réparé notre roue crevée chez un garagiste.

Plateau des Bolovens

Plateau des Bolovens : réparation de moto

Le jour d’après, nous reprenons la route vers Paksong, Tat Fan avant de rejoindre Paksé et de clouer notre boucle. Nous profitons pleinement d’observer les villageois à leur occupation et de jouer avec les enfants.

Plateau des Bolovens : Tat Fan

Plateau des Bolovens

Plateau des Bolovens

Plateau des Bolovens

DON DET

Nous rejoignons Don Det, une des « 4000 îles » du Mékong au sud du Laos. Nous louons des vélos pour faire le tour de l’ile mais autant vous dire que ce n’est pas facile de pédaler dans la gadoue. Ce ne sont pas des VTT et ils ne sont pas en très bon état.

Don Det

Don Det

Don Det

Le lendemain, nous explorons Don Khône en direction de la plage et des chutes de Li Phi, un petit coin bien aménagé où il fait bon boire un verre. Une pluie battante nous empêche de finir notre tour à vélo. Les pistes traversant les rizières deviennent impraticables. Nous retournons donc à notre bungalow sur Don Det et passons notre dernière nuit au Laos puisque nous partons demain pour de nouvelles aventures au Cambodge.

Don Khône

Don Khône

Don Khône

Don Khône

Categories: Asie du Sud-Est

4 thoughts on “Virée en Indochine 1 : le Laos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>