Europe

DisCrète et seCrète

Ca y est, nous y sommes…dans l’avion pour la Crète, notre tout premier voyage en amoureux.

HERAKLION

Nous mettons à peine 4h pour apercevoir ce petit bout de terre entouré d’un bleu azur depuis le ciel. Nous atterrissons à Héraklion, porte d’entrée de l’île. Cette ville n’a pas de charme particulier mais nous sommes forcés d’y passer une nuit car mon bagage est resté à Roissy. Sympa les températures crétoises quand vous êtes en pantalon et en chaussures de rando. Bref… nous en profitons pour récupérer notre voiture de location pour les 15 jours.

Heraklion

PLATEAU DE LASSITHI

Ce matin, après un petit déjeuner copieux, il est temps de nous familiariser à la conduite crétoise et à la signalisation grecque. Nous commençons par l’est, direction le plateau de Lassithi dominé par le massif du Ditki, qui culmine à 2148 m d’altitude. Les routes sont pittoresques, entourées de montagnes; nous avons l’impression que nous allons atteindre les nuages mais nous redescendons avant, sur ce plateau qui culmine à 900 mètres. Nous découvrons un paysage inattendu et charmant, plutôt aride et calme, dominé par les ailes des moulins. Nous faisons une halte déjeuner afin de goûter au fameux « stifado », un ragoût de lapin aux oignons, un régal. Nous passons une nuit sur le plateau assez mouvementée puisque plusieurs coup de fusils retentissent. Est ce une chasse au lapin? En tout cas, c’est pas très rassurant car les crétois n’ont pas l’air d’être des rigolos au premier abord.

Moulin à vent

AGIOS NIKOLAOS

Ce matin, nous croisons un premier obstacle : quelques biquettes qui prennent le soleil sur la route. Nous sommes surpris aussi de voir  des « maisonnettes » en bordure de route et nous apprenons que ce sont les tombes familiales dans lesquelles il y a les cendres des défunts. Nous arrivons sur l’une des soit disant plus belles baies de l’île, le Golfe de Mirabello. C’est vrai que les maisons blanches à flanc de colline donnent des notes grecques et un charme méditerranéen hors du commun. Nous en profitons pour boire un jus d’orange frais au bord du lac Voulisméni bordé de petites falaises et de cafés avant d’arpenter les ruelles pavées. Nous reprenons la route vers la plage de Vaï, traversant de petits villages pittoresques. Nous arrivons sur une superbe palmeraie où a été tournée la pub pour « Bounty » (jamais vue). Il y a beaucoup de monde, des transats et parasols. Nous rebroussons chemin et là le drame. Maxime oublie qu’il s’était garé à côté d’un poteau en ferraille en arrivant et braque tout en reculant. Toute l’aile droite est rayée et la franchise risque d’être salée pour les jeunes conducteurs que nous sommes. Pas grave, ça arrive, ce n’est que de la tôle, ne nous gâchons pas la journée pour cela.

Poussez vous les biquettes

Repose en paix

Port d’Agios

Agios Nikolaos

Vue d’Agios Nikolaos

Vue d’Agios Nikolaos

XEROKAMBOS

Ça y est, je crois que nous y sommes…..au paradis, au bout du monde, appelez cela comme vous voulez. On oublie vite le tracas de la voiture tellement le coin est  sauvage. Un arrière pays sec, parsemé d’oliviers et une eau turquoise, translucide que nous apercevons depuis la route. Les petites criques se succèdent les une à la suite des autres, l’eau est calme et il n’y a pas grand monde, voire personne. Il faut absolument une voiture pour venir jusqu’ici.  Après une petite baignade avec masque et tuba, nous remontons sur Ziros, par une route sinueuse avec une vue imprenable sur ces différentes nuances de bleu et profitons encore une fois de cette vue au « Liviko View » tout en se régalant d’une salade grecque et d’un poisson grillé.

Cote sud

Cote sud

Apollon

Miammmm

Nous galérons pour la première fois à trouver une chambre. Tout est complet sur Ziros, Zakros, Kato Zakros. La nuit est déjà bien tombée. Finalement, un gars nous dirige vers un nouvel hôtel situé en bord de route entre Zakros et Kato Zakros. Ce sont des petits appartements individuels très fonctionnels et spacieux et le patron est adorable. Finalement, nous ne dormirons pas dans la voiture.

Après une bonne nuit, nous partons faire la vallée de la mort au départ de Zakros. Très belle randonnée de 7.5 km qui démarre dans un paysage d’oliveraies, et de palmeraies. Puis nous nous enfonçons progressivement  dans des gorges surplombées d’immenses falaises qui abritent des grottes dans lesquelles les Minoens déposaient leurs morts. Nous escaladons ensuite vers le « château minoen », un tas de ruines qui vaut surtout le détour pour la vue sur la mer. L’espace s’élargit de plus en plus et nous arrivons à Kato Zakros, un minuscule village discret qui vit au rythme du soleil.

Vallée de la mort

Vallée de la mort

Vallée de la mort

Valée de la mort

Nous repartons nous baigner sur la plage de Xérokambos, notre site fétiche pour le moment. Le vent balaye quelques grains de sables sur notre peau mais nous n’allons tout de même pas nous plaindre. C’est dans ces moments que nous avons une petite pensée pour nos amis parisiens qui sont dans les embouteillages. Ce soir, c ‘est camping à Koutsounari dans notre tente 2 secondes. Parfois, les choses simples ont du bon.

Qu’est ce que c’est que cette créature?

En route! Quelle belle cote!

Petit chez nous 🙂

ILE DE CHRYSSI

Pas utile de vous dire que nous nous réveillons sous une chaleur étouffante. Nous partons en bateau pour l’ile de Chryssi, au départ du port de Iérapétra. Chryssi a des airs de paradis (enfin vous me direz je ne sais pas à quoi ressemble le paradis), elle fait 5 km de long sur 1 km de large. Elle abrite une forêt de cèdres, de superbes plages de sable avec de nombreux coquillages à certains endroits dont tout le monde ramène une poignée chez soi…S’il vous plait, arrêtez de faire ça!

Nous nous isolons des touristes sur une toute petite crique. Il fait chaud, très chaud, voire très très chaud, tellement que nous ne pouvons pas rester plus de deux minutes sur la serviette. Et croyez moi j’adore la chaleur mais là…..Quel supplice!  Obligation de rester dans l’eau jusqu’à ce qu’on reprenne le bateau. Enfin pas tout à fait. Comme nous sommes de grands malades, nous décidons tout de même de marcher (avec chaussure car le sable est brûlant)  jusqu’au point culminant de l’ile : 31m !!!! Ben oui, ça vous fait sourire pour des randonneurs comme nous… pas facile sous cette chaleur.

Beau gosse

Vue du point culminant

Nous rentrons bien crevés par ce soleil à Myrtos, petit village en bordure d’eau afin d’y passer la nuit.

COTE SUD

PHAISTOS

Il est grand temps d’approfondir un peu la culture du pays (car nous ne sommes pas venus que pour nous prélasser à la plage), et de visiter ce palais minoen, le plus important après Knossos. Ce site archéologique, situé au milieu d’un bel environnement, propose des ruines non reconstruites comme les gradins d’un théâtre, des sanctuaires, des magasins avec de grandes jarres, les appartements royaux…Et pleins d’autres trésors. Bon, je ne vous cache pas que Maxime aime bien les ruines mais à petite dose. « Encore des cailloux, toujours des cailloux… » Moi je me vois bien faire des fouilles pour déposer des joyaux dans le musée imaginaire de Tintin….. Oui, je me suis comprise toute seule.

Phaistos

Jarre

Jarres

encore ce beau gosse! Décidément, il est partout

Nous traversons quelques villages reculés dans les terres, comme PITSIDIA, très agréable où nous passons la nuit

REGION DE HANIA

Aujourd’hui direction le nord, en passant par une route pittoresque tantôt rétrécie par des falaises, tantôt longeant la mer puis traversant une belle campagne avec quelques ruines à visiter. Nous faisons une pause déjeuner à KALYVES avant de reprendre la route pour HANIA.

Sur la route de Hania

Panorama

sur la route de Hania

Sur la route de Hania

Sur la route de Hania

HANIA

Ancienne capitale de la Crète, cette ville a conservé un charme ancien avec un parfum d’Orient.  Elle propose de nombreuses promenades dans ses quartiers pittoresques où l’occupation turque et la période vénitienne ont laissées de nombreuses traces, l’architecture y est flamboyante… Le port est l’endroit idéal pour se restaurer ou siroter un café frappé (à goûter absolument), le meilleur qui soit. Enfin, la ville propose quelques musées, des vieux remparts, un marché…il y fait bon vivre et les autochtones se mélangent parfaitement avec les touristes. Nous finissons cette journée sur une belle note de musique puisque deux guitaristes et une chanteuse font un petit concert bien sympathique. Ça le démange mais Maxime se retient de danser un sirtaki.

Hania

Phare Hania

Pecheur Hania

Café frappé

Ruelle de Hania

Eglise de Hania

Musiciens

PRESQU’ILE DE GRAMVOUSSA

Ce matin, nous partons pour la presqu’ile de Gramvoussa. A Kalyviani, la route goudronnée se transforme en une piste caillouteuse pendant bien 10 km jusqu’à atteindre un parking en terre. Nous croisons quelques biquettes et puis c’est tout. De là ,nous empruntons un petit sentier qui descend pendant 15 minutes pour atteindre enfin notre but. MAGIQUE, quelle beauté!! C’est de loin le site le plus extraordinaire que j’ai vu jusqu’ici. Un lagon bleu turquoise dans un endroit isolé. La mer s’entremêle avec la terre et forme un patchorwk de couleurs bleues passant du bleu foncé au bleu clair, du jaune au blanc pour le sable. Je n’arrive pas à détacher mon regard de cette carte postale.

En route pour Gramvoussa

En route pour Gramvoussa

Presqu’ile de Gramvoussa

Presqu’ile de Gramvoussa

La baignade ou plutôt trempette (ben oui, l’eau nous arrive à peine aux chevilles) est tout de même idyllique. Nous décidons de camper sauvagement cette nuit face à ce lagon. Comme cela, nous profitons du lever de soleil et d’un dernier bain avant de quitter cet endroit.

Seuls au monde

PHALASSARNA

Après notre piste caillouteuse dans l’autre sens, nous amorçons une super descente vers Phalassarna, qui se trouve à 17 km à l’ouest de Kissamos. La baie est composée encore une fois, de plusieurs plages qui se succèdent les unes aux autres. La côte est restée sauvage sans construction mais le panorama est un peu gâché par toutes ces serres à perte de vue. La plage est très prisée des touristes car il y a des parasols et des transats à perte de vue. Nous nous trouvons un petit coin d’ombre grâce à quelques rochers et autres arbustes afin d’éviter de nous agglutiner avec les autres. Finalement, après une baignade rafraichissante, nous partons sur la plage d’Afrotokali, située à 4.5 km de Kambos. La baignade n’est pas idéale mais cette petite plage de galets est bien moins fréquentée. Nous aurions bien dormi ici mais malheureusement tout est complet. Nous irons à KEFALI, un charmant village qui surplombe la vallée.

panorama

ELAFONISSI

Nous partons très tôt ce matin pour profiter d‘Elafonissi avant que la foule n’arrive. Nous sommes surpris par la beauté du lieu encore une fois. Un vrai petit lagon mais avec cette fois du sable rose!!! Non non vous ne rêvez pas, le sable est bien rose. C’est dans ces moments qu’on se dit que la nature a pleins de choses à nous offrir.

Plage de sable rose

Sable rose (svp : laissez le sur la plage)

encore toi?

PALEOCHORA

Nous passerons deux nuits dans ce village avec vue sur la mer et profitons de nous reposer un peu à la plage, siroter des jus frais, et se refaire une santé alimentaire parce que c’est quand même les vacances.

GORGES DE SAMARIA

Nous partons très tôt ce matin et démarrons cette superbe randonnée de 16 km à 7 h du matin à la fraîche. Ce sont les gorges les plus profondes d’Europe avec un dénivelé de 1250 mètres. Nous croisons en chemin, des ruines d’un village abandonné, des « kri-kri » (chèvres sauvages aux allures de bouquetin), des mules et passons par les « Portes de fer » passage le plus étroit et le plus haut des gorges (205 m de long pour 300 m de hauteur). Difficile à décrire et à se rendre compte de la hauteur sur nos photos

Gorges de Samaria

Départ des Gorges

Chargé comme une âne!

Quelle hauteur!

Après 4h de marche, un bon jus d’orange fraichement pressé régale nos papilles en attendant de prendre le bateau pour retourner sur Paléochora.

Dans le bateau retour a Paléochora

Couché de soleil

ARGIROUPOLI

Nous partons pour Argiropouli, un village haut perché, verdoyant puisqu’on y trouve des platanes, des châtaigniers, des abricotiers et des vignes. Les montagnes encerclent ce village, ce qui laisse croire qu’il était secret et inaccessible pour l’ennemi. Nous décidons de poser nos valises ici le temps d’une nuit pour aspirer au calme et au charme du site avant de rejoindre la côte nord, bien plus touristique. Nous avons l’impression d’être en Grèce (oui je sais nous y sommes) avec les maisons blanches aux volets bleues et sur lesquelles tombent des bougainvilliers en fleurs.

Argiropouli

Argiropouli

Après un succulent repas au « vieux moulin », nous partons sur le lac de Kournas situé à 4 km d’ici et louons un pédalo pour un moment. Autant vous dire que le repas a été copieux et que je ne suis pas très efficace pour faire avancer cet engin. Nous profitons, lors du retour, de rouler jusqu’au plus vieux platane, qui d’après la légende aurait plus de 2000 ans.

Lac de Kournas

Un coeur de libellule

Tronc d’arbre

 

REGION DE RETHYMNON

RETHYMNON

C’ est la 3ième ville de Crète, qui selon nous, est légèrement moins jolie que Hania mais reste plus naturelle donc nous apprécions d’autant plus cette atmosphère. Réthymnon a conservé ses quartiers historiques et un certain équilibre entre son flux touristique et sa propre vie. Côté nature, cette ville a également la chance de posséder en son centre une longue plage de sable de 13 km. Nous profitons de piquer une tête dans cette eau qui ressemble plutôt à chez nous dans les landes. Une eau bleue marine animée par des séries de vagues assez impressionnantes. Au moins elle a l’avantage d’être plus chaude que partout ailleurs. Nous mangeons le meilleur poisson et la meilleure viande depuis le départ sur le vieux port à « Vassilis », le seul restaurant qui ne nous a pas alpagué.

Rethymnon

Boulanger

Plage de Rethymnon

Hirondelles

DE RETOUR A HERAKLION

Nous passons notre dernière journée à Héraklion à flâner dans les ruelles et à boire des cocktails. Ce soir, il y a un spectacle de danse locale, chouette, ça va être sympa, oui enfin un peu kitch tout de même!! C’est ça le folklore. Pour la voiture finalement, nous avons payé un petit supplément mais ils ont été indulgents. Un très beau voyage et nous rentrons avec pleins de souvenirs en tête.

 

Heraklion

La paille, pas dans le nez, je te l’ai déjà dit!

Spectacle de danse traditionelle

Dernier jour!

 

Categories: Europe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>